Auteur/autrice : Jacky Estublier

Grenoble Amitié Nature - Club de montagne omnisports

Les grottes Roche et Favrot

Les grottes Roche et Favrot sont deux cavités faciles, bien concrétionnées, tout à fait adaptées à une journée découverte de la spéléo. Il s’agit bien de découverte car elle ne necessitent pas de matériel spécifique, juste un harnais casque, éclairage et des habits qui peuvent (et vont) être salis.

La rampe de Choranche

Il s’agit d’une randonnée atypique, entre escalade facile, randonnée du vertige et randonnée sauvage.
C’est une jolie boucle très peu fréquentée, avec une partie d’escalade facile mais où il faut s’encorder, une partie hors sentier sur sur les crêtes de Presles et un retour par un GR sympathique.

Circuit du lac de Crop

C’est une très belle boucle originale qui permet d’aller au lac de Crop puis au habert du Ferrouillet en toute solitude (hors du sentier principal). Cette boucle est sans difficulté lorsqu’il y a pas de neige dans le passage critique de la traversée du cirque en face nord du Barlet

Les arêtes Cornafion – Rocher de l’Ours

La traversée des arêtes, du Cornafion au Rocher de l’ours, est une course variée, très aérienne, entre voie d’escalade (pour la montée au Cornafion en face Ouest) et randonnée du vertige (pour l’arête). Course très peu fréquentée, car trop peu d’escalade pour les grimpeurs, et trop d’escalade pour les randonneurs.

Pic de Valsenestre en boucle

Il s’agit d’une belle et grande randonnée, grand public jusqu’au col de Côte Belle, randonnée Alpine classique jusqu’au sommet, puis franchement aventure et très sauvage jusqu’au point 2350m (même si les difficultés ne sont pas excessives).

Canyonning au Furon

Le Furon est devenu le canyon le plus fréquenté du coin et c’est là que les professionnels font leurs sorties d’initiation. En effet le Furon moyen se prête très bien à cet exercice avec trois petits rappels (optionnels) et nombre de sauts et toboggans ; l’aqualand de Grenoble.

La Traversée de l’Obiou

La traversée de l’Obiou est une course longue (16 kilomètres) avec un gros dénivelé (1900 m positifs) et surtout une course engagée sur la quasi totalité du parcours avec de nombreux passages dans des pentes très raides mais en réalité il y a peu de difficultés techniques (la corde est inutile pour peu que l’on soit aguerri). Dans sa première partie, cette course emprunte le fameux “sentier de la Baronne” qualifié de “le plus spectaculaire sentier des Alpes”.

Vire St Michel

La vire St Michel est un itinéraire original et vertigineux pour aller au Moucherotte par une belle boucle. Toute la montée ou presque est hors sentiers droit dans des pentes raides ce qui rend la rend assez physique. Les vires sont plus ou moins horizontales et sans difficulté. C’est un parcours qui demande un pied très sûr et une certaine habitude de ce type d’itinéraire.

Les arêtes du Néron

La réputation des arêtes est bien installée. Voilà ce qu’en dit le PGHM agacé de devoir y faire des secours : “La traversée Sud/Nord des arêtes du Néron est une course d’alpinisme de moyenne montagne ! Il s’agit d’une course d’arête technique et longue qui demande une expérience de la marche en terrain varié et escarpé, une bonne forme physique, le sens de l’orientation et une maîtrise de l’utilisation de matériel d’escalade.” Cette description est excessivement alarmiste mais il s’agit effectivement d’une course longue de 1000 m de dénivelé et plusieurs kilomètres de progression sur une arête déchiquetée sur laquelle il faut rester concentré en permanence car la chute ne pardonnerait pas.

Le Pas Guiguet

C’est un itinéraire sympa par des sentiers peu connus (ils ne sont pas sur IGN) qui monte tout droit au fort. Tout au long de la montée nous avons de belles vues sur la vallée et sur les falaises un peu pourries que nous côtoyons. Nous empruntons ensuite le sentier plus ou moins horizontal qui longe les falaises pour arriver à l’Ermitage qui, semble-t-il, a fonctionné du VIe siècle à la révolution. Plus d’un millénaire de présence humaine sur cette vire étroite, cela laisse rêveur. Le clou de la balade est le fameux pas Guiguet, qui traverse la barre de falaise pour arriver près du fort. C’est très aérien, cela demande un pied sûr, mais c’est sans grande difficulté.