Traversée du Mont Barral

Grenoble Amitié Nature - Club de montagne omnisports

Traversée du Mont Barral

Ce jeudi 29 octobre, nous étions onze ganistes pour cet itinéraire méconnu entre Vercors, Diois et Trièves.

Objectif : Traversée du Mont Barral (1907 m).

Départ de St Maurice en Trièves. Point 947 m au passage à gué de l’Archat. Je confie “les clefs” de l’itinéraire (carte, topo, rythme) à Michel Charles qui souhaite devenir animateur au GAN.

Nous longeons sur un sentier large, sur environ deux kilomètres le ruisseau de Bonson rive droite. Passage sous le viaduc de la ligne ferroviaire et traversée du torrent à gué au point 1155 m ; passage délicat car les cailloux sont glissants, plusieurs mettent des chaussures à l’eau. Puis le sentier monte raide dans la forêt jusqu’à un col à 1308 m. Il se poursuit en balcon dans la forêt plein nord, traverse une ravine raide agrémentée de petites cascades.

Une ravine où il ne fait bon flâner…

Nous arrivons ainsi au col de Querellaire (1551 m) dans une très belle clairière où pâturent une trentaine de chevaux en liberté. Des chevaux plutôt rustiques et dociles avec les randonneurs ; il s’agit des chevaux Barraquants du Vercors.

Les chevaux Barraquants du Vercors
Le brouillard ne semble pas les perturber
Rustiques mais très sociables…
….Pas effarouché par le passage des randonneurs.

Nous poursuivons en forêt jusqu’à la source de Freydières (1656 m). A partir de là, le terrain est plus ouvert et dégagé, et le vent du nord plus pressant. Finalement nous trouvons un endroit abrité du vent, orienté Sud pour faire la pause pique-nique.

Il nous reste 30m de dénivelé pour atteindre le sommet du Mont Barral (1903 m). Brève pause pour admirer le paysage à 360°. Avec à l’est les sommets enneigés de l’Oisans et du Dévoluy, et à l’ouest Tête Chevalière, Le Glandasse et  les hauts plateau sud du Vercors.

Ambiance sur la crête sommitale
Sommet du Mont Barral :1907 m

Mais le vent qui balaient les nuages successifs, autour de nous, nous force à poursuivre. En l’occurrence nous entamons la très belle descente, plein sud, des crêtes de Jiboui. Chaque nuage qui se déchire, laisse entrevoir de belles vues sur le vallon des Plâtres à gauche et le vallon du Cognier à droite. Mais le vent qui souffle en rafales entre cinquante et soixante kilomètres par heure n’incite pas à la rêverie

Au col sans nom à 1723 m, nous poursuivons par une courte remontée la crête herbeuse et nous atteignons un autre col à 1710 m. De là nous plongeons hors sentier dans les pentes herbeuses et empruntons une belle sente à mouton dans la face Est du vallon des Platres nous rejoignons le fond du vallon vers 1600m, 150m en aval du Col de Seysse.

Les alpages aux couleurs d’automne
Les sommets enneigés du massif du Taillefer et de l’Oisans
Les pentes coté Ouest des crêtes de Jiboui
La suite des crêtes de Jiboui

De là, la descente devient tranquille et sans vent, jusqu’à la cabane des Platres. Puis par un bon sentier en forêt nous rejoignons l’itinéraire de montée, au gué à 1155m. Arrivée au parking à 15h40.

1040 m de dénivelé et 13,7 km effectués. Bonne ambiance conviviale dans le groupe. Itinéraire sans difficulté avec une bonne surprise : l’absence de neige. Et une moins bonne : le vent et les nuages dominants autour du sommet. Michel C. a bien assuré son rôle d’animateur en herbe.

Dernière passerelle avant le retour

Retour à Echirolles vers 17h15, dans une frénésie routière et consommatrice qui nous rappelle que nous venons de vivre notre dernière rando avant reconfinement.

Beaucoup d’émotions, entre le plaisir d’avoir partager cette belle journée en montagne, et des au revoirs imbibés de retenue et de tristesse de se mettre en quarantaine pour les sorties en montagne.

A quand la prochaine sortie ?

Alain.

Les onze du Mont Barral : Maurice, Claude D., Claire G., Alain, Tania, Frederic D., Martine, Jacky, Bushra F., Michel C., Françoise J..