Week-end autour du refuge de la Perrière

Grenoble Amitié Nature - Club de montagne omnisports

Week-end autour du refuge de la Perrière

Samedi

Nous étions sept ganistes pour ces deux jours d’un bel automne  autour du Refuge de la Perrière à l’extrémité de Belledonne, les 16/17 octobre.

Nous démarrons à 11h00 au parking de la station démontée de Val pelouse à 1600 m. Le soleil est bien présent, la gelée blanche aussi, et nos sacs sont bien chargés. Une agréable montée d’abord sur les pelouses de l’ancienne station, puis en traversée en forêt et pour finir en balcon au-dessus de la vallée du Bens. Nous arrivons ainsi vers 12h au très beau refuge de la Perrière (1832 m), lové dans une jolie clairière.

Le joli refuge non gardé de la Perrière

https://www.refuges.info/point/63/cabane-non-gardee/Belledonne/Refuge-de-la-Perriere/

Nous prenons “possession” du refuge en réservant les sept couchettes libres. A cette heure déjà, six couchettes sont prises par des randonneurs qui ont passé la nuit précédente et qui sont partis en ballade.

Le feu sur notre sommet du lendemain

Pique-nique sur la terrasse du refuge face au pic du Frêne et ses sommets voisins. Après-midi farniente, ramassage de bois mort pour alimenter le poêle, tarot et “accueil” des nouveaux arrivants. Et ils furent nombreux en cet bel après-midi à projeter de passer la nuit au refuge de la Perrière. Un groupe de vingt et un jeunes étudiants de Chambéry arrivent vers 15h. Puis un groupe de quatre. Face à cette situation les six randonneurs déjà installés décident de rejoindre leurs neuf copains au refuge de la Grande Montagne pour diminuer le surbooking.

Mais c’est  avec empathie et bonne humeur que tout le monde trouve son nid pour la nuit. Les étudiants ont été prévoyants : ils sont équipés de quatre tentes et de duvets. Pour nous, la soirée s’organise autour de la grande table du refuge et du poêle, qui apporte une bonne chaleur et nous permet de cuisiner nos pâtes et de faire griller les châtaignes. Le groupe de quatre s’organise une petite fondue sur le camping gaz ; et les étudiants ont fait un feu sur le foyer extérieur prévu à cet effet, avec une table extérieure et sous un beau ciel étoilé. La convivialité et la bonne humeur sont de mise.

La soirée autour du feu pour les vingt et un jeunes

La nuit s’est plutôt bien organisée avec les dix-huit couchettes du dortoir prises. Et tous les autres ont dormi soit sous tente, soit sur le sol de la salle à manger. Bravo la jeunesse !

Dimanche

Au petit matin pas de précipitation car le groupe de vingt et un s’est levé tôt pour assister au lever de soleil sur la Montagne d’Arvillard.

Le lever de soleil sur les crêtes des Plagnes

Ce dimanche pour nous : objectif la Traversée des Grands Moulins.

Départ à 9h avec une température plutôt fraîche, mais agréable pour marcher. Nous rejoignons le col de la Perrière et entamons tout de suite la montée raide et athlétique de l’arête Nord des Grands Moulins.

Le début de l’arête Nord des Grand Moulins dans le froid matinal
La partie la plus raide de l’arête

Il faut souvent mettre les mains pour gravir quelques pas d’escalade de niveau II. La prudence est de mise car l’arête  sur son flanc Nord/Est ne vois plus le soleil et à partir de 2100 m le cheminement s’effectue sur quelques passages enneigés, voir glacés. A partir de 2300 m la pente s’adoucit et l’évolution sur les cailloux est plus aisée.

Le Mont Blanc dans un ciel très pur

Arrivée au sommet (2493 m) à 11h30. La vue est splendide sur Le massif de la Lauzière, le Mont blanc et la Grande Casse.

Le sommet des Grands Moulins

Le petit vent frais nous incite à poursuivre la descente par la voie normale versant Ouest.

Le tas de cailloux de la descente du sommet

Arrivés à la jonction avec le GR738 (2132 m) sous le col de la Frêche, nous optons pour un aller/retour à la pointe de la Perrière.

Une traversée assez longue nous amène au Col d’Arpingon (2276 m) puis par une sente bien visible nous atteignons  La pointe de la Perrière (2355 m) à 13h30. Pique-nique au sommet à l’abri du vent en admirant le sauvage versant Maurienne de ce coin de Belledonne. Le retour s’effectue sans problèmes mais avec beaucoup de prudence sur la partie enneigée du sentier ; dans le secteur Nord sous la pointe de la Frêche jusqu’ au point de Jonction (2132 m), et retour tranquille jusqu’au refuge.

Les Grands Moulins vu du Col d’Arpingon

Le refuge s’est vidé de ses occupants et nous en profitons pour faire un rapide nettoyage. Nous laissons nos impressions et nos bons souvenirs sur le livre d’or.

En remerciant tous les militants actifs de l’association Tous à Poêle : https://www.tousapoele.org/l-association/

Et du Club de montagne FSGT Belledone Sport Nature http://belledonne-sport-nature.fr/

Pour l’aménagement et le bichonnage de ce petit coin de paradis.

Retour au parking à 17h avec plein de bons souvenirs dans la tête.

Alain.

  • 1050 m de dénivelé
  • 10,3 km effectués
  • Les sept ganistes heureux de leur aventure au refuge de la Perrière : Benoit, Marylène, Claudette, Alain, Christophe G., Christiane G. et Véronique (une nouvelle qui marche bien)