Via des Etroits et Tête de Praz Arnaud

Grenoble Amitié Nature - Club de montagne omnisports

Via des Etroits et Tête de Praz Arnaud

Week-end intense en Dévoluy.

Samedi 7 juillet nous sommes 6 ganistes motivés par les vias du dévoluy :

A 10h15 nous sommes à pied d’oeuvre pour nous engager dans les Etroits : une via originale longeant puis entrant dans l’étroit défilé de la Souloise.

La 1ere partie débute par la descente d’une échelle renversée, pour mettre dans l’ambiance.

Après le passage d’une passerelle , elle se poursuit rive gauche de la Souloise, sans difficulté , mais avec un joli passage dans une petite arche.

Après une 1 heure et le dépassement d’un groupe de 9 jeunes qui découvrent la via, nous entamons la 2ème partie « la Vertigo ».

L’itinéraire s’apparente à la découverte d’un canyon vue d’en haut… ou plutôt à mi-hauteur.

En effet la via, souvent bien verticale mais jamais physique, évolue de rive gauche, à rive droite , avec le passage de pont de singe et courte passerelle. Tantôt montante, tantôt descendante , tantôt horizontale, l’itinéraire de la Via nous permet de découvrir toute la beauté et l’étroitesse de cette gorge de la Souloise haute de 80 m avec le torrent qui serpente au fond.

Sortie à 12h15 et retour au parking pour un pique nique à l’ombre des Boulos.

Pour l’après midi , une autre ambiance : en effet , au départ de Super Dévoluy nous allons découvrir la Via Souterrata de la Tune :

https://www.viaferrata-fr.net/via-ferrata-192-Via-Souterrata-de-la-Tune-St-Etienne-en-Devoluy-Hautes-Alpes.html

Cette nouvelle via permet de découvrir une grotte déjà connue des spéléologues.

Un itinéraire aménagé dans d’étroits boyaux pour découvrir quelques jolies draperies et dépôt de calcites formant des « choux fleurs ».

Clostro s’abstenir : 3 passages en ramping et quelques contorsions à effectuer.

1 heure sous terre à 13 degrés avec une lampe frontale obligatoire…

Après cette aventure souterraine, nous rejoignons notre lieu de bivouac prévu au Sauvas en sud du Dévoluy.

Site idyllique au bout du monde à 1330 m d’altitude entre clairières et maisons forestières… mais le lieu est connu et réservé : en effet les deux maisons forestières transformées en gîtes sont réservées et occupées par deux groupes venus faire la fête…

Et la présence de six campeurs qui viennent installer leurs tentes à 50 m en aval des gîtes, mets les fêtards de mauvaise humeur… Après d’âpres palabres nous restons sur place, pour bénéficier de la proximité de la fontaine et du terrain plat ombragé ; mais nous aurons droit à l’ambiance de fête jusqu’à 2 h du matin ! Comme quoi les problèmes de voisinage peuvent s’inventer de partout !

Dimanche lever à 6h45, pour nous préparer, lever le camp, et accueillir nos deux compères venus ce matin de Grenoble.

Départ de la randonnée pour le plateau de Bure à 8h15.

La progression jusqu’à la source (1820 m) s’effectue sur le bon sentier du pic de Bure.

Puis nous bifurquons pendant 15 min sur la combe de Mai.

Et dès que la forêt disparaît (1860 m), notre itinéraire deviens plus ardu et hors sentier :

montée dans un pierrier raide jusqu’aux trois pins isolés, puis progression en diagonale entre pentes herbeuses et pierriers raides jusqu’à l’altitude 2200 m. Là se dressent, droit devant nous, plein sud , les fameux escaliers dévoluards du Pas de Paul: soit 360 m de dénivelé avec des marches soutenues (pente moyenne à 40 degrés) en terrain calcaire.

Bâtons sur le sac, pieds et mains sollicitées, et regard aux aguets pour ne pas provoquer de chutes de pierres : voilà le menu pendant une heure.

Nous débouchons sans encombres, mais non sans frayeurs issues de quelques chutes de cailloux venus de plus haut, sur le plateau au pas de Paul (2560 m).

Et nous poursuivons jusqu’au cairn de la Tête de Praz Arnaud (2617 m) : il est 12h30.

Pique-nique au soleil, mais avec un petit vent agréable.

Retour sur le plateau de Bure en direction des douze fameuses Grandes Oreilles de l’Institut de Radio Astronomie Millimétrique (IRAM) : petite visite guidée du site et son environnement, effectué par Marylène.

Puis retour par la magnifique combe de Mai : étroite vallée enchâssée entre les barres rocheuses calcaires du pic de Mai et la tête de Praz Arnaud. Nous goûtons d’abord le plaisir d’une courte descente en ramasse sur un névé . Puis nous dévalons de vastes pierriers raides et pas toujours homogènes: droit devant avec les bâtons pour s’équilibrer… nous avalons ainsi 400 m de dénivelé en moins de 20 minutes.

Nous retrouvons notre sentier de montée à la limite de la forêt à 1860 m.

Arrivée tranquille jusqu’au parking : il est 16h30.

8 heures de rando et 1300 m de dénivelé effectués.

Puis retour sur les belles émotions et aventures que nous venons de vivre ensemble, ces 2 jours, en dégustant une bonne bière locale au bar de la Neyrette à St Didier en Dévoluy.

Les 8 aventuriers du Dévoluy : Marylène, Brigitte, Danielle C. , Elisabeth T., Sarah, Alain Puis Marc et André pour le dimanche.

Premières sensations avec l’échelle renversée
Passerelle bien ajourée !
Pont de singe à l’aise !
Passage dans l’arche
Début de la “Vertigo”
De beaux enchaînements
…pour dominer la Souloise…
…et sortir vers des paysages bucoliques
Entrée de la Via Souterrata de la Tune
Campement au Sauvas
Le Pic de Bure au petit matin
La tête de Praz Arnaud… Mais où cela passe ?
La jolie combe de Mai que l’on va quitter pour…
…un raide pierrier à vue
Le profil de l’itinéraire nous laissent dubitatif
Voilà les 360 m de dénivelé de marches dévoluardes…
La recherche du passage le plus aisé…
…ne doit pas relâcher notre attention à cause des chutes de cailloux
Remarquable cirque…
…jusqu’à la sortie à la brèche du pas de Paul…
…pour une arrivée débonnaire à la Tête de Praz Arnaud…
…et découvrir les grandes antennes de l’IRAM
Descente des premiers névés en mode “ramasse” avec les bâtons
Belle entame de la combe de Mai…
…qui se poursuit par de longs pierriers